Le Community Management est-il en passe de devenir le management de demain ?

Toute bonne agence spécialisée dans le Community Management vous le dira : Ils «community managent» leurs community managers bien mieux qu’ils ne pourraient les manager dans le sens strict du terme.

Le système hiérarchique est excellent pour agréger les efforts, coordonner les activités de plusieurs personnes, ayant des rôles extrêmement variés et parfois à l’opposé entre eux. Mais il est moins efficace lorsqu’il s’agit de mobiliser, d’inspirer les gens à aller de l’avant et se dépasser.

En effet, alors que le système bureaucratique est basé sur un échange contractuel, au sein duquel l’être humain se place en facteur de production et la fidélité en produit de l’économie, dans une communauté l’échange est en revanche volontaire, collaboratif, et l’être humain se place en partenaire d’une cause et y contribue individuellement.

Le système ne fonctionne alors plus de façon verticale, mais devient totalement horizontal.

Les nouvelles générations, appelées communément Y et Z, ancrent entièrement leur mode de fonctionnement sur cette nouvelle façon de manager et mettent donc le système de Community Management au centre de leur vie.

De nombreuses entreprises aujourd’hui abordent le Community Management dans une approche de management, ou de « non-management », et s’offrent ainsi de nombreuses perspectives nouvelles de développement et d’évolution rapide.

Manager à la façon d’un community manager, en 2015, c’est se positionner en leader au travers d’une vision innovante, être capable de faire preuve d’empathie et exceller dans la construction de relations diverses, s’appliquant également aux relations avec les employés.

La société Hiramys, experte en prospection commerciale et gestion d’agendas d’affaires, accompagne chaque jour au plus près ces managers qui font le monde d’aujourd’hui et évoluent au travers de ces nouveaux codes pas toujours faciles à maitriser.

Mathilde Bourduge

Rendez-vous au Salon Intranet & Collaboratif

La 10ème édition du Salon Intranet & Collaboratif et la 5ème édition du Salon RSE se tiendra les 24, 25 et 26 mars 2015 à Paris, Porte de Versailles. Le salon est entièrement dédié aux solutions intranet (gestion de contenu, portail RH, extranet…) et aux réseaux sociaux d’entreprises, au service de la stratégie et de la performance des organisations.

Un salon au cœur de l’actualité des entreprises

De nos jours, les entreprises sont confrontées à des problématiques 2.0 ; la montée en puissance du travail collaboratif et des « digital workplaces » est une évolution majeure à laquelle elles doivent faire face. Le Salon Intranet & Collaboratif supporte ces grandes thématiques actuelles, aujourd’hui essentielles pour les entreprises.

Afin de répondre à ces problématiques, plus de 80 sociétés exposantes présenteront leurs nouvelles offres de solutions informationnelles, transactionnelles et collaboratives dans le but de développer l’intranet 2.0, les réseaux sociaux d’entreprise, le travail collaboratif et l’intelligence collective. Grâce à des nouvelles fonctionnalités de collaboration, d’information et de communication, ses solutions se veulent efficaces pour améliorer la performance des collaborateurs et la productivité des entreprises.
Pour cette édition, des solutions expertes et renommées seront présentées, on peut citer parmi elles Edifixio, Exo Platform, Hoozin, Jalios, Jive Software, Kayoo, Knowledge Plaza, Xwiki

Une 10ème édition engageante

Cette manifestation n’attend pas moins de 3 600 visiteurs professionnels, qui pourront profiter pendant 2 jours et demi du programme prometteur concocté pour cette 10ème édition :

• Une exposition regroupant 80 sociétés exposantes, experts et professionnels de l’intranet, des médias sociaux et du travail collaboratif. (Espace, Projets et Travail Collaboratif, Annuaire Collaboratif, Intranet et Extranet, Blogs projet, Microblogging, Espaces participatifs et communautaires, Portails web et Performance web, Intranet 2.0, Site Web 2.0, Entreprise 2.0, Réseaux Sociaux d’Entreprise, Blogs, Widgets, Communication Unifiée, Web TV & Web Cast, Knowledge Management…)
• 16 conférences / tables rondes animées par des journalistes au cours desquelles des entreprises-clientes, des experts et des fournisseurs apporteront leurs expériences et savoir-faire.
• 30 ateliers de démos d’outils / services technologiques permettant de découvrir les solutions et les grandes tendances promues par chacun des exposants.

HIRAMYS : Une prospection commerciale qualitative au service des acteurs du travail collaboratif

La société Hiramys accompagne depuis trois ans les principaux acteurs du travail collaboratif (éditeurs de solutions et sociétés de conseil et d’accompagnement dans le domaine). Son approche qualitative de la détection d’opportunités d’affaires permet à ses clients de rencontrer ces entreprises et collectivités françaises en quête d’une solution adaptée pour les accompagner dans leur transition digitale.

Pour plus d’informations : www.salon-intranet.com
Sur Twitter : @SalonIntranetRS

Léna Jacqueroud

FRANCHISE EXPO PARIS 2015

Le rendez-vous incontournable de la franchise

Chaque année depuis 34 ans, le salon Franchise Expo Paris accélère l’expansion des réseaux commerciaux en France et à l’international. Véritable plateforme de rencontres professionnelles, le salon met en relation créateurs d’entreprise et commerçants avec plus de 450 marques, permettant ainsi à des milliers d’entrepreneurs de réaliser leur projet de création d’entreprise, dans plus de 75 secteurs représentés.

Franchise Expo Paris réunit à la fois des grandes enseignes et des concepts innovants, de telle sorte que les entrepreneurs peuvent comparer et rejoindre le réseau le mieux adapté à leur profil. Le salon accueille également, au sein du Village des Experts, de nombreux professionnels à même d’accompagner ces entrepreneurs (et futurs entrepreneurs) dans leur projet, avec des conseils, des informations et des solutions de financement.

L’édition 2014 a connu un succès incontestable avec près de 37 000 visiteurs et investisseurs, venus des quatre coins du monde, ainsi que 500 exposants (dont 105 enseignes de 25 nationalités différentes), faisant de Franchise Expo Paris le principal rendez-vous international de la franchise.

Une édition 2015 qui tient ses promesses

Cette 34ème édition de Franchise Expo Paris sera marquée par la présence de grandes enseignes internationales. Parmi les exposants habitués du salon on pourra retrouver KFC, Casino, Carrefour, Laforêt, Yves Rocher etc. Mais aussi de nouvelles têtes, comme Darty, Go Sport, Système U, La Grande Récrée ou encore Mango, feront leur entrée pour la première fois sur le salon.

Au total, 450 marques françaises et internationales sont attendues, dont 22% d’enseignes étrangères (Espagne, Liban, Italie, Emirats Arabes Unis…). Le salon présentera plus de 110 concepts innovants, avec plus de 90 secteurs d’activité représentés.

Le salon se divise en plusieurs espaces dédiés à différentes thématiques, comme notamment :

• Le Village créateurs d’entreprises : avec des conférences, conseils et experts à l’écoute des entrepreneurs,
L’Atelier du créateur : des tables-rondes animées par des spécialistes de la création d’entreprise,
Le Village financement : toutes les banques sont présentes sur le salon, pour guider et aider les entrepreneurs à finaliser leur projet,
Le Village des experts de la franchise : regroupe des professionnels confirmés par la Fédération Française de la Franchise dans toutes les disciplines nécessaires à la création et au développement des réseaux,
• L’École de la franchise : offre tous les jours, de 10h à 11h30, une formation gratuite « futur franchisé » + un parcours de visites sur mesure,
Un programme de plus d’une centaine de conférences et d’ateliers destinés tant aux futurs franchisés qu’aux aspirants franchiseurs ponctuera également ces quatre jours de salon.

La franchise et HIRAMYS, toute une histoire

Experte en prospection commerciale à forte valeur ajoutée, la société HIRAMYS prospecte régulièrement sur le secteur de la franchise pour le compte de sociétés proposant des solutions et prestations adaptées à ces réseaux structurés (conseil en communication, solutions collaboratives, conseil en supply chain, communication d’hyper-proximité, etc.).
Forte de cette expérience dans le secteur de la franchise, HIRAMYS a décidé de proposer aux franchiseurs eux-mêmes une prestation de prospection qualitative de leurs futurs franchisés, en décelant ces entrepreneurs indépendants désireux d’évoluer vers une enseigne à notoriété.

La 34ème édition de Franchise Expo Paris aura lieu du 22 au 25 Mars 2015, à Paris Porte de Versailles.
Pour plus d’informations sur le salon : www.franchiseparis.com
Pour télécharger l’application mobile de Franchise Expo Paris : Cliquer ici

Léna Jacqueroud

ZOOM sur… le salon DOCUMATION-MIS

Documation-MIS, salon majeur dans la transformation digitale des entreprises et des organisations, va ouvrir ses portes les 18 et 19 mars 2015 pour sa 21ème édition au CNIT Paris – la Défense.

Une édition 2015 prometteuse

Pour cette nouvelle édition, pas moins de 150 exposants seront présents afin d’accompagner tous les métiers dans la transformation numérique de leur entreprise. Les solutions technologiques présentées répondront aux problématiques de transition digitale que rencontre toute organisation professionnelle dans son quotidien. Cinq univers seront représentés pour faciliter l’accueil des plus de 4000 visiteurs attendus :

DOC : Dématérialisation, Editique, Gestion documentaire, Archivage, Confiance numérique,
DATA : Data Intelligence, Big Data, Open data, Business analytics,
CONTENT : Gestion de contenu, gestion de contenu multimedia, applications web,
SOCIAL : Collaboratif, Réseaux sociaux d’entreprise,
GOUVERNANCE : Gouvernance de l’information, Gouvernance des données, Gouvernance projet.

Plusieurs exposants du salon Documation-MIS présenteront leurs dernières innovations en dématérialisation, gouvernance de l’information, solutions collaboratives (en développement), veille stratégique, automatisation des processus métiers, etc. Comme notamment Atos, blueKiwi, Docapost, Esker, IP Software, Jalios, JamespotKayoo (Business & Decision), Keepeek, Locarchives, Neopost ou encore Sollan.

Conférences : informations essentielles pour les professionnels

Documation-MIS, réel espace d’échanges, de partage de savoirs et d’expérience, d’innovations, est aussi et surtout un programme ambitieux de :

conférences plénières conçues et animées par des experts,
conférences thématiques déclinées par secteurs et par métiers,
workshops proposés par les acteurs technologiques présentant leurs solutions en association avec des utilisateurs.

Les conférences thématiques de Documation-MIS 2015 tourneront autour de divers axes, dans le but de répondre au maximum aux interrogations et préoccupations des entreprises, des collectivités et des administrations :

Sectoriel : Santé, Finances, Assurances, Industrie et énergie, Immobilier et Construction, Administration et collectivités, PME-ETI, etc.
Services et fonctions : R&D, Commercial, Ressources Humaines, Relation Client, Compta-Finances, etc.
Technologiques : signature électronique, coffre-fort électronique, parapheurs, etc.

Documation-MIS et la société HIRAMYS

Partenaire de Documation-MIS en 2013 et en 2014, la société HIRAMYS a le privilège de collaborer avec divers exposants du salon, en assurant leur prospection commerciale tout au long de l’année.

La société HIRAMYS bénéficie d’une forte connaissance de l’ensemble des métiers représentés sur le salon Documation-MIS. Elle apporte ainsi à ses clients une détection d’opportunités d’affaires qualitative, adaptée à leurs marchés cibles.

Pour plus d’informations sur le salon Documation-MIS 2015 : www.documation-mis.fr

Héloïse Cochet

Veille stratégique et intelligence économique, quels enjeux pour l’entreprise ?

L’entreprise évolue aujourd’hui dans un environnement complexe, avec une concurrence accrue qui s’internationalise du fait de la mondialisation. Cela entraîne la nécessité d’avoir connaissance des mouvements des concurrents, des caractéristiques des fournisseurs et de l’évolution des technologies pour pouvoir continuer à évoluer durablement. Ces éléments, qui constituent l’environnement de l’entreprise, sont en constante évolution ; il est donc nécessaire de pouvoir en évaluer les tendances et les indices de changement dans le but d’anticiper et de rester innovant.

Définition

La veille stratégique se définit comme la recherche, le traitement et la diffusion de renseignements susceptibles d’orienter les décisions stratégiques de l’entreprise. La veille a un caractère anticipatif dans le sens où elle vise à surveiller l’environnement de l’entreprise afin de prédire les menaces et opportunités à court et long terme, pour pouvoir prendre les meilleures décisions possibles. La veille stratégique est composée de différents types de veilles, selon les centres d’intérêt ; on peut citer la veille concurrentielle, la veille technologique, la veille commerciale/marketing, la veille juridique, l’e-réputation, etc. L’intérêt de la veille est qu’elle va bien plus loin qu’une recherche d’information ponctuelle qui répondrait à un problème momentané. Elle consiste à collecter puis analyser les informations les plus à jours possible sur son environnement.

Il est aisé de faire l’amalgame entre veille stratégique et intelligence économique, or ce sont deux notions distinctes. En fait, la veille stratégique est une composante de l’intelligence économique. La veille stratégique est une activité continue et itérative qui vise à surveiller activement l’environnement de l’entreprise, pour en anticiper les évolutions ; alors que l’intelligence économique est une notion plus globale, qui se définit comme l’ensemble des actions collectives de recherche, traitement et propagation d’informations utiles à l’entreprise. L’intelligence économique étudie également l’environnement interne de l’entreprise, avec ses forces et ses faiblesses, ce que ne fait pas la veille stratégique. Ceci dit la veille stratégique, elle, peut s’appliquer à différents domaines, quand l’intelligence économique s’applique, comme son nom l’indique, au monde économique. Mais il n’en est pas moins que ces deux notions s’imbriquent l’une dans l’autre, elles sont donc complémentaires et leurs méthodes et objectifs sont les mêmes.

Méthodes et outils

Grâce à internet, certaines entreprises font aujourd’hui de la veille stratégique sans le savoir, avec des newsletters et quelques clics sur des sites d’information, des forums ou des bases (bases de brevets par exemple). En effet le web constitue une colossale source d’information à l’échelle mondiale, ce qui a rendu la veille stratégique accessible, voire même gratuite. Or, la problématique face à laquelle se retrouvent les entreprises est l’immense quantité d’information à traiter sur le web. Il existe donc des « agents intelligents » pour surmonter cette difficulté, tels qu’iScope, Ixxo, Factiva, Digimind, AMI Software… Il s’agit d’éditeurs de logiciels, dits plateformes de veille, capables d’automatiser la surveillance et la collecte d’informations en ligne. Des sociétés, par exemple Mbrain, Inférences ou Blueboat, ont également fait de leur spécialité la veille stratégique externalisée, qui permet aux entreprises de toute taille d’avoir accès à un système de veille complet, en s’affranchissant de l’organisation complexe de celui-ci. S’il existe beaucoup de logiciels de recueil d’informations, très peu sont dédiés à l’analyse des données, qui constitue l’étape cruciale de la veille stratégique. De plus, il y a des données plus difficiles à détecter et à quantifier telles que les informations géopolitiques, les catastrophes ou encore l’attitude des hommes.

Pour une veille stratégique efficace, il ne faut pas négliger les étapes suivantes : la définition des besoins en information, la recherche de l’information utile, l’analyse des données récoltées, puis leur diffusion et leur exploitation. En amont, il est primordial d’instaurer une véritable collaboration entre les différents services et expertises concernés pour comparer et utiliser au mieux les données recueillies. La veille est une activité majoritairement intellectuelle et humaine, qu’un logiciel ne peut complètement remplacer.

Quels enjeux ?

L’enjeu essentiel de la veille stratégique n’est pas tant l’accès à l’information, mais le traitement judicieux de cette information. Dans un contexte où les sources d’information se multiplient et s’internationalisent, la veille apparaît comme un véritable moteur de développement pour l’entreprise. Grâce à une veille compétente, l’entreprise peut agir sur son environnement et qui plus est, agir activement, en ayant connaissance par exemple de l’émergence de nouveaux concurrents, de changements juridiques dans un secteur ou des critiques des consommateurs. De plus, étant bien informée, l’entreprise est capable d’anticiper des changements qui peuvent s’opérer sur le marché (nouvelles normes, avancées technologiques, sortie de nouveaux produits, l’avis de consommateurs…) et ainsi d’innover dans son domaine, en améliorant et adaptant l’outil de production voire même en faisant émerger de nouveaux produits. Des enquêtes menées par différentes chambres de commerce et de l’industrie françaises ont montré que les entreprises performantes en termes de veille stratégique sont durablement les plus innovantes. Les entreprises doivent donc, aujourd’hui, pouvoir avoir accès au bon moment aux bonnes informations leur permettant de se développer et de mettre en place une politique d’innovation et d’anticipation.

La veille stratégique, une thématique très connue au sein d’HIRAMYS

HIRAMYS, société experte en prospection commerciale, contribue activement au développement du portefeuille clients de grand nombre d’acteurs de la veille stratégique, qu’ils soient éditeurs de plateformes ou prestataires de veille externalisée. Sa prospection quotidienne est tournée aussi bien vers les PME/ETI que de multinationales en quête de solutions de veille adaptées à leurs enjeux et à leur secteur d’activité.

Les rendez-vous professionnels du secteur de la veille

Les principaux acteurs de la veille stratégique (éditeurs de solutions et prestataires) se donnent rendez-vous à deux salons professionnels majeurs parisiens :
Salon Documation-MIS, les 18 et 19 Mars 2015, au CNIT – Paris La Défense
Salon i-Expo, les 29 et 30 Septembre 2015, à l’Espace Grande Arche – Paris La Défense

Léna Jacqueroud

Quid du travail collaboratif ?

Définition, enjeux et outils du travail collaboratif

Partage, échange, collaboration, coopération, intelligence collective, workflow, collaboratif web, réseau social d’entreprise… Tous ces termes sont aujourd’hui courants dans les organisations et entreprises, et se rapportent tous à une même notion : le travail collaboratif. Ce mode d’organisation n’est pas nouveau, mais il prend de nos jours une nouvelle dimension grâce à l’essor des outils informatiques et d’internet, dits « outils de travail collaboratif » notamment utilisés dans le cadre de la mise en œuvre de projet.

Le travail collaboratif est un mode d’organisation de travail collectif qui fédère les acteurs d’un groupe autour de tâches et de buts communs. Dans une telle situation, les apports individuels n’ont d’utilité que s’ils sont intégrés collectivement et non pas simplement juxtaposés. Les contributions de chaque acteurs alimentent celles des autres, et vice et versa. Cela nécessite un engagement mutuel des individus autour de la tâche à effectuer, ainsi qu’une responsabilité collective du groupe en tant qu’entité propre.

Ce mode d’action collaboratif a pour but de fluidifier la communication entre les membres du groupe, d’améliorer leurs méthodes de travail communes et de faciliter la coordination des activités et des acteurs dans les initiatives qu’ils mènent. Une telle organisation permettrait d’atteindre de meilleures performances en termes de réactivité, d’adaptation et de gestion des informations.

Seulement, ce mode de travail collectif nécessite une communication régulière entre les membres du groupe et une connaissance sans faille des avancées de l’action collective. Le travail collaboratif implique également d’instaurer une réelle conduite du changement au sein de l’organisation, incluant l’adoption de nouveaux usages, notamment ceux du web. Car internet apparaît aujourd’hui comme l’outil incontournable pour la mise en œuvre de ces actions collaboratives. Avec ses fonctionnalités de communication, de consultation en ligne, de création et de partage de documents communs, l’outil web sert l’ensemble des besoins du travail collaboratif. Plusieurs solutions se présentent alors aux entreprises, parmi elles le collaboratif web (intranet) et les réseaux sociaux d’entreprise.

Dès les années 1980, avant même l’apparition du web, des outils collaboratifs sont mis à disposition des entreprises pour relier les collaborateurs en réseau avec des fonctions de partage de messagerie, agendas, fichiers, gestion de projet… De nos jours, ce que l’on appelle « le collaboratif Web » prend la forme d’un intranet composé de fonctions facilitant le partage et la communication entre partenaires d’un projet. La plupart du temps le collaboratif web se présente sous la forme de plate-forme modulaire, qui regroupe quatre types de services : des services de communication, des services de coordination des taches, des services de partage de ressources et d’application et des services de partage de connaissance et de réseau social d’entreprise.

Les réseaux sociaux d’entreprises (RSE) ont fait leur apparition peu après les réseaux sociaux « personnels » sur internet. Un RSE est un réseau accessible uniquement aux personnes qui travaillent dans l’entreprise qui le développe, il offre des fonctions de messageries, partages, profils détaillés… Un tel réseau permet de fédérer l’ensemble des salariés autour de l’entreprise, dont ils peuvent désormais avoir une vision transversale. Il permet également d’affranchir les barrières hiérarchiques dans la mesure où tous les adhérents, dirigeants compris, peuvent échanger et partager sur la même plateforme. Le RSE serait à même d’augmenter la productivité de l’entreprise, grâce à une meilleure disponibilité de l’information, une unification des outils de collaboration et surtout une plus grande implication des salariés tant dans leurs projets que dans l’entreprise en elle-même.

De plus en plus d’entreprises utilisent désormais un réseau social d’entreprise, c’est notamment le cas de grands groupes français tels que Orange, Simply Market (Groupe Auchan), Bouygues Télécom et Pernod Ricard.

Du côté des outils collaboratifs, on peut aujourd’hui citer Yammer, BlueKiwi, TalkSpirit, Knowledge Plaza, IBM Connections Suite, Hoozin, Jive, Chatter (Salesforce), Jalios, Newsgator… des solutions, pour la plupart, que la société HIRAMYS a le plaisir d’aborder quotidiennement dans le cadre de ses missions de prospection !

Les 24, 25 et 26 Mars 2015 se tiendra à Porte de Versailles le Salon Intranet, Collaboratif et RSE. L’édition 2014 comptait plus de 80 exposants et 3600 visiteurs professionnels. Cette année, deux salons complémentaires viennent se greffer à l’évènement : le Salon Solutions Ressources Humaines et le Salon E-Learning Expo, de quoi offrir aux visiteurs une vue panoramique des différents intervenants du travail collaboratif et du web.

Léna Jacqueroud

ZOOM sur … le Personal Branding

L’art de promouvoir sa marque personnelle.

Tom Peters, écrivain et ancien consultant américain chez McKinsey, a été le premier à employer le terme de Personal Branding dans un ouvrage intitulé « The Brand You 50 » paru en 1999, dans lequel il apprend au lecteur à prendre conscience de ses singularités et de ses connaissances, et à mettre en avant son « Moi ».

Définition du Personal Branding

Le Personal Branding (ou Marketing Personnel) consiste à appliquer à une personne les techniques de communication et de promotion jusqu’ici destinées à une marque, un produit ou une entreprise.

L’émergence du web et des NTIC (Nouvelles Techniques de l’Information et de Communication), cette dernière décennie, a renforcé l’attrait pour le Personal Branding d’un grand nombre de salariés, de cadres, d’entrepreneurs ou de consultants, voyant l’opportunité de communiquer sur leur expertise, leur différence, leur savoir-faire, à des fins d’évolution de carrière ou de business.

Le Personal Branding au service du ‘business development’ et de la carrière professionnelle

Dans le monde des affaires, le Personal Branding trouve son utilité dans l’association d’une image positive d’une entreprise à celle de son dirigeant (ou de son collaborateur « expert ») qui a décidé d’exposer un savoir-faire dans le domaine d’activité dans lequel il évolue. L’entreprise qui emploie ce collaborateur récolte par ricochet le fruit de cette communication personnelle, en étant perçue comme « une pépinière à experts ». Les clients, séduits et rassurés, n’ont ainsi plus d’hésitation à entamer ou poursuivre une collaboration avec l’entreprise.

Le Personal Branding a également pour qualité d’assurer à son utilisateur un positionnement favorable sur le marché du travail, en apportant la possibilité de se distinguer des autres demandeurs d’emploi, par une expertise habilement mise en avant au travers d’une multitude de moyens de communication innovants. Les employeurs, séduits, trouvent-là une opportunité d’exploiter les domaines d’expertise de cet employé, dont la réputation (ou l’e-réputation) est parfaitement gérée.

Les moyens de communication du Personal Branding

Le développement du web et l’émergence des réseaux sociaux ces dix dernières années, ont apporté au Personal Branding un eldorado de moyens de communication.

Les réseaux sociaux professionnels (comme LinkedIn, Viadeo, Xing, ou encore Amplement, le dernier arrivé sur le marché), permettent à chacun d’amorcer une stratégie de Personal Branding dans de bonnes conditions. Les mordus du Personal Branding peuvent aussi s’appuyer sur les blogs et les forums pour exposer leur expertise, endossant ainsi une stature d’Opinion Leader, tout comme les plateformes de partages de vidéos (comme Youtube, Dailymotion ou Vimeo). Enfin, n’oublions pas les sites de microblogging comme Twitter, ou encore Tumblr, qui permettent de véhiculer rapidement de l’information pertinente en format court auprès d’un public extrêmement large.

Le web s’associe également au « papier » en offrant la possibilité à ces « experts » d’éditer des livres blancs. Ces ouvrages, permettant de synthétiser habilement une expertise personnelle sur une thématique précise, sont édités à des fins d’utilité publique. Leurs auteurs, qui sont souvent des dirigeants d’entreprises, des consultants ou des cadres ingénieurs, n’hésitent pas à exploiter ce moyen d’information comme réel vecteur de communication dans une démarche de marketing personnel, légitimant ainsi par exemple leurs compétences, leurs récompenses, leur réputation dans leur milieu professionnel.

Les limites du Personal Branding en cas de non-maîtrise de son E-réputation

Le Personal Branding, concept destiné à promouvoir sa marque personnelle en utilisant tous les moyens de communication innovants et adéquats, trouve tout son sens lorsque la réputation de son auteur est maitrisée.

Cependant le web, en offrant un eldorado de moyens de communication, constitue également un risque lorsque cette réputation (ou plutôt E-réputation) venait à être « écorchée ». Un effet « boule de neige » s’enclenche alors sur tous les supports relayant l’image de l’auteur (et même au-delà), déconstruisant en quelques jours tout ce que la personne aura construit en plusieurs mois ou plusieurs années. Une gestion rigoureuse de son E-réputation s’impose dans le cadre d’une démarche de Personal Branding afin d’éviter d’entrer ensuite dans une phase de communication de crise, souvent fastidieuse et couteuse, tant pour son auteur que pour son environnement professionnel et personnel.

HIRAMYS et le Personal Branding

Parmi ses clients, HIRAMYS a la chance de compter des professionnels intervenant directement ou indirectement dans le Personal Branding :

– Un éditeur d’une solution innovante permettant de relayer sa marque personnelle, comme Tiki’mee Signature Card (signature email multicanale enrichie pour collaborateurs d’entreprises),
– Des agences de communication de crise, d’analyses en E-réputation et E-influence, telles que Reputation Squad, Inférences, ou Data Observer.
– Des éditeurs de logiciels de veille stratégique et d’E-réputation comme iScope.

Héloïse Cochet

ZOOM sur… Le Brand Content

A l’heure où internet et les médias prennent une place primordiale dans la stratégie marketing des entreprises partout dans le monde, la notion de « Brand Content » (en français, contenu de marque) séduit de plus en plus. Il s’agit d’un contenu crée directement par une marque, ou par un tiers sur commande de la marque. Celle-ci endosse un véritable rôle d’éditeur, elle finance et produit un contenu par ses propres moyens, ou du moins avec ses propres fonds.

Une façon de communiquer autrement

La production d’un Brand Content permet à une marque d’affirmer son image et son positionnement, ainsi que de démontrer son expertise dans son domaine d’activité. Ce contenu offre une exposition publicitaire supplémentaire très efficace, même si le message n’est pas directement publicitaire, car le contenu lui permet d’acquérir une nouvelle ou plus large audience. Le Brand Content peut prendre différentes formes : un site de recettes de cuisine par SEB, une web série par BNP Paribas, un site dédié à la maternité par Nestlé, ou encore un site comparateur d’assurance par AXA. Le Brand Content devient alors créateur de valeur. Avec des contenus éditoriaux, la marque dépasse son cadre commercial et entre dans une dimension relationnelle avec le consommateur ; le contenu n’est pas intéressé, il devient intéressant. Le consommateur se sent considéré et impliqué, et non pas visé comme cible marketing. Cela répond aux nouvelles attentes de notre société actuelle, en quête d’authenticité et de dialogue « à taille humaine ». Cet apport culturel permet aux marques d’enrichir leurs offres, tout en étant plus proches des consommateurs.

Brand Content et web

Ce concept qui connait aujourd’hui un essor considérable n’est pourtant pas si jeune. En 1900, un fabricant de pneus édite son premier guide de restaurants et hôtels sur les routes de France. Aujourd’hui, 115 années plus tard, le Guide Michelin est devenu une référence incontournable en termes d’hôtellerie et de restauration. Seulement, l’arrivée du digital et des médias sociaux dans les mœurs a modifié l’attitude des consommateurs, invitant donc les entreprises à modifier les leurs, avec notamment la montée en puissance du Brand Content. Aujourd’hui, le support incontournable du Brand Content est évidemment le web. Au cœur de la sphère internet, les marques se mêlent aux internautes, c’est-à-dire aux consommateurs, offrant une visibilité et une ouverture sans égal. YouTube, Instagram, Twitter, Facebook… les marques sont partout, mais elles doivent malgré tout s’adapter à ces nouveaux supports. Les contenus suivent la tendance ; plus courts, plus vivants, plus divertissants, et toujours plus vrais. En effet si l’ère du numérique offre de belles perspectives d’avenir, elle facilite aussi l’accès de tous à l’information, surtout sur les marques. Ces dernières doivent alors faire preuve d’une transparence impeccable, imposée par les forums et les réseaux sociaux. Cette révolution n’a pas échappé aux groupes de communication et aux médias, qui se sont adaptés pour désormais proposer une offre « Content ». Beaucoup de structures ont fait du Brand Content leur spécialité, face à la demande croissante des entreprises.

Les Echos Publishing, avec qui la société Hiramys a le plaisir de collaborer, est une référence en termes de Brand Content. Telle une agence de communication, les Echos Publishing créé et édite des contenus éditoriaux, en marque blanche ou co-brandé, pour le compte d’entreprises clientes, s’adaptant à leur demande.

Léna Jacqueroud

Développement économique territorial : HIRAMYS expert en prospection d’entreprises porteuses de projets d’implantation

Article publié le jeudi 15 janvier 2015 11:58 par GpoMag.fr – le site d’information en ligne des dirigeants d’entreprises | www.gpomag.fr

Dans un contexte économique en mouvement, les collectivités françaises se doivent d’innover dans la promotion de leurs territoires en vue de les rendre plus attractifs auprès d’entreprises françaises et étrangères porteuses de projets d’investissement. Ces mêmes projets, souvent matérialisés par des nouvelles implantations commerciales, logistiques ou de production, sont générateurs d’emplois et de richesses locales.

Cette promotion économique active de territoires passe notamment par une prospection soutenue d’entreprises en expansion, avec une approche multicanale et multi-cibles, une composante majeure du marketing territorial adopté par de plus en plus de collectivités locales.

Fondée en Mars 2012, HIRAMYS CONSEIL ET DÉVELOPPEMENT a fait le pari d’une approche qualitative du métier de la prospection commerciale. Mandatée depuis sa création par plus de 80 entreprises (de la start-up au grand groupe) pour son expertise en détection de potentiels clients, HIRAMYS compte également parmi ses références diverses agences de développement économique (d’agglomérations, de départements ou de régions) désireuses de bénéficier de son approche conseil en développement de portefeuille investisseurs, ainsi que de son savoir-faire en promotion de leurs atouts économiques auprès d’entreprises en expansion.

Michel Grujicic, co-fondateur de la société HIRAMYS, et responsable du pôle Production, dont le rôle consiste à mettre en place et à coordonner les différentes campagnes de prospection, révèle quelques secrets d’une bonne identification d’investisseurs :

« Une promotion économique réussie d’un territoire passe avant tout par l’adéquation totale entre les atouts économiques de celui-ci, son dispositif d’accompagnement des entreprises candidates à une implantation, son offre foncière, ses pôles de compétitivité, ses enjeux, et enfin le plan d’actions de marketing direct à appliquer en bout de chaîne.

Chaque collectivité étant unique, les actions de prospection doivent être adaptées aux enjeux exprimés par le donneur d’ordres. En prenant en compte tous ces critères, nous adoptons avec nos équipes de consultants une stratégie visant à identifier les profils d’entreprises les plus en phase avec les attraits économiques mis en avant.

Pour cela, nous menons de front plusieurs actions commerciales établies sur une approche multicanale et multi-cibles : veille économique permanente, organisation de rencontres sur des salons professionnels, prospection téléphonique sur des secteurs stratégiques, campagnes d’e-mailing et de mailing marketing ; le tout à destination de TPE/TPI, de PME/PMI, d’entreprises de taille intermédiaire (ETI), de grands comptes, et de fédérations et groupements professionnels. La finalité de nos missions consiste à organiser des rencontres qualitatives entre ces collectivités en quête de nouveaux investisseurs, et ces entreprises porteuses de projets d’implantation commerciale, logistique ou de production ».

HIRAMYS exerce depuis son bureau parisien situé au cœur de la capitale. Son équipe expérimentée prospecte quotidiennement des entreprises françaises et étrangères pour le compte de sociétés et de collectivités.